L’idéal pour un directeur, serait de n’avoir à monter que des pièces qu’on pût représenter dans

Nous n’avons jamais qu’une notion imparfaite de ce qui est éloigné de nous par le temps ou par la distance, et ce que nous croyons être une vérité absolue n’est jamais qu’une vérité relative, fondée précisément sur nos goûts, sur nos idées, sur nos vues actuelles. C’est donc ici la règle qui nous importe, et ce sont uniquement les principes qui doivent nous arrêter.

En résumé, lorsque pour des raisons supérieures on croira nécessaire d’augmenter l’effet représentatif d’une oeuvre dramatique, la dérogation aux principes essentiels de la mise en scène trouvera dans le milieu théâtral soit des circonstances atténuantes, soit des circonstances aggravantes. Il est à croire que ces combinaisons donnent lieu, comme en chimie, à des composés dont les uns sont très stables et les autres particulièrement instables.

Quelle qu’en soit la raison d’ailleurs, nous sommes amenés à constater que, dans ce cas, l’évolution du drame est due à une cause naturelle objective.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.