Toutefois, parmi les causes de ce luxe exagéré, une des plus difficiles à détruire est précisément

Il faut, en un mot, resserrer l’action, la maintenir et la dénouer dans, un milieu purement moral, sans qu’aucun détail de la mise en scène vienne de sa pointe trop brillante déchirer le voile de larmes que le drame a fait descendre sur les regards des spectateurs. C’est pourquoi, dans la mise en scène d’une pièce dont l’action se déroule dans un autre temps, toute recherche trop précise d’archéologie, c’est-à-dire portant sur un trop grand nombre de détails, est non seulement inutile, mais contraire à la vraisemblance, et n’a pas par conséquent un caractère incontestable de vérité. Mais bien mieux, pendant qu’à la Comédie-Française, on joue _le Misanthrope_ en manteaux courts, on continue à le jouer à l’Odéon en habits carrés.

Un homme vif, actif, ne s’habille pas ou ne porte pas ses vêtements comme un homme lent et paresseux. Ce n’est donc qu’en multipliant les traits particuliers, d’observation courante et journalière, qu’on lui procure la sensation de la vérité et de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.