Je ne m’arrêterai pas à discuter les lois de cette esthétique nouvelle et à en peser

C’est que les Grecs concevaient de leur propre antiquité une image toute différente de celle que nous nous en formons, et avaient sur l’art tragique des idées très différentes des nôtres. Dans la mise en scène, il n’en est pas de même: là, rien n’est suspendu, tout se précipite irrévocablement à sa fin; les moments se succèdent nécessairement, et l’esprit, par le double moyen de la déduction et de l’induction, devance l’action même dans la voie où elle s’avance vers un dénouement fatal.

Si, entre le second et le troisième acte, ainsi qu’entre le quatrième et le cinquième, on n’intercalait qu’un entr’acte d’une ou deux minutes, juste le temps de changer les décors par des procédés rapides, on doublerait la puissance du drame en ne laissant pas au spectateur le temps de recouvrer son sang-froid et de se dégager de l’étreinte du poète. Elles marquent le niveau supérieur où s’est élevé le génie français, ou mieux le point culminant qu’a pu atteindre en France l’art dramatique, sous sa forme la plus simple et la plus sévère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.